Bienvenue

Connectez-vous à l'aide du menu en haut à droite pour personnaliser cette zone.

Harakiri le 20/05/2015, 19h30 en FA201

image 9a721580515e04bb4f7852f25e432eeefa3e5a8b.jpg

Publié par CINEMUTC

Hello !

Suite à la clôture de notre thème sur la justice lundi dernier avec God Bless America, vous avez pu choisir le nouveau thème que suivront les prochaines projections de Cinem'utc.

Ainsi, des films italiens et des films japonais, ce sont ces derniers qui ont eu votre préférence. Pour ce thème, nous vous proposerons tout d'abord un film de samouraïs et par la suite, probablement un choix parmi plusieurs animé, puis plusieurs films contemporains. On commence dès mercredi qui vient avec, donc, un film de samouraï : Harakiri.

Harakiri – Masaki Kobayashi (1962)

Masaki Kobayashi, bien qu'assez peu connu en occident, est un réalisateur, scénariste et producteur japonais né en 1916 et mort en 1996, qui a réalisé de nombreux excellents films, dont Harakiri ou la trilogie La Condition de l'homme.

Synopsis :

Au XVIIe siècle, le Japon n'est plus en guerre et le pays est dirigé avec fermeté. Hanshirô Tsugumo, un rônin (samouraï errant) sans travail parmi tant d'autres, décide de frapper à la porte du puissant clan des Ii. Reçu par Kageyu Saitô, l'intendant du clan, il lui demande la permission d'accomplir le suicide par harakiri dans la résidence. Tentant de l'en dissuader, Saitô commence alors à lui raconter l'histoire de Motome Chijiwa, un ancien rônin qui souhaitait accomplir, lui aussi, le même rituel.



L'Edito de Fabien :

Alors qu'aujourd'hui le festival de Cannes bat son plein, le film que nous vous proposons cette semaine, Harakiri, a obtenu le prix du Jury de ce même événement en 1963. Et ce n'est pas anodin. Harakiri propose ainsi un récit très habile et précis, servi par une esthétique très fine, qui livrent un fascinant film contemplatif, très bien mené et qui nous garde en haleine de bout en bout.

Sous le couvert d'un film de samouraï comme les autres, Masaki Kobayashi en détourne en fait les codes à son compte et, alternant avec brio scènes passées et scènes du présent, livre un portrait éprouvant de la misère humaine. Dans Harakiri, on échange des paroles avec autant de dextérité qu'on échange des coups de sabre.

Rendez-vous mercredi à 19h30 en FA201 !